La première édition du « Festi’Val d’Azun, de la Terre aux Etoiles », s’est tenue les 21 et 22 août à la salle des fêtes de Gaillagos - Arcizans Dessus (65). Chaque jour, le festival a proposé deux conférences d'une heure, à 18 et 21h, dans une atmosphère conviviale : animation musicale par la chorale Ets d'Azu, restauration sur place, marché de producteurs locaux (miel, confitures, fromages, gâteaux, bouquiniste). Notre partenaire, la librairie le Kairn d'Arras a proposé au public une sélection de livres écrits par les conférenciers ou en lien avec leur conférence et a assuré une animation pour les enfants. Ils permettront de poursuivre la réflexion sur les thèmes développés par les conférenciers. 

Cette première édition a rencontré un franc succès. En moyenne, une centaine de personnes a assisté à chaque conférence et les échanges ont été particulièrement riches, avec un grand nombre de questions.

La première conférence a été donnée par Hervé Le TREUT, climatologue et membre de l'Académie des Sciences et du GIEC, sur « le réchauffement climatique est-il inévitable ? Peut-on s’adapter ? » Avec l’évolution actuelle des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, il est malheureusement peu probable que l’objectif des accords de Paris (limiter le réchauffement à moins de 2°C) puisse être tenu. Il faut malgré tout faire tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter le plus et le plus vite possible nos émissions, car cela facilitera les adaptations nécessaires, en particulier pour les zones les plus fragiles. Cet objectif ne sera atteint que par des actions à toutes les échelles, du local à l’échelle planétaire. L’échelle régionale est probablement la plus adaptée pour appréhender et maîtriser la complexité du problème. Enfin, il est important de développer la relation entre scientifiques, citoyens et associations, les politiques reflétant le plus souvent l'opinion des citoyens.   

La deuxième conférence "Histoire des métaux que l'on dit lourds : questions d'environnement" a permis à Olivier DONARD, Directeur de recherche CNRS à l'IPREM de Pau, de parler de la dispersion des métaux lourds dans l’environnement et des problèmes de santé qui en résultent. Leur recombinaison avec d’autres éléments chimiques via la chaîne biologique les fait parfois passer d’un état inoffensif à un état extrêmement nocif, malgré des concentrations souvent très faibles, à l’état de traces. Plusieurs exemples (pollution au mercure à Minamata, à l’étain par les peintures anti-algues des bateaux dans le bassin d’Arcachon, au plomb dans les lacs Pyrénéens et l'Arctique). Ils montrent qu’environ 30 ans sont nécessaires entre la détection d’un problème potentiel par des signaux souvent faibles, la compréhension des mécanismes mis en jeu et la mise en place d’une législation. Les nouvelles techniques de détection et d'analyse d’ultra-traces permettent aussi d’identifier la provenance réelle de produits agroalimentaires, comme ces bouteilles de grands crus Bordelais saisies par les douaniers et dont une partie avait été en réalité produite en Chine. Cette conférence a suscité beaucoup de questions sur les perturbateurs endocriniens et les nanoparticules.

La troisième conférence "Forêts d'hier et de demain" de Jean-Michel CARNUS, Directeur du laboratoire d'Ecologie des Forêts de l'INRA de Pierroton (33) a présenté un aperçu des connaissances dans le domaine de la forêt et montré son importance socioéconomique. La déforestation l'emporte à l'échelle mondiale, mais en Europe la forêt gagne du terrain, phénomène particulièrement visible dans nos Pyrénées. Les arbres peuvent vivre des centaines, voire des milliers d'années. De nos jours, ils sont le plus souvent cultivés par l'homme. L'observation satellitaire donne l'emprise et le peuplement des forêts. Cette connaissance est essentielle car elles vont jouer un rôle capital dans la le stockage de CO2 et la limitation du réchauffement climatique. La forêt s'est toujours adaptée aux changements climatiques du passé, grâce aux oiseaux, mais aussi en suivant les migrations humaines, comme les chênes qui ont progressé vers le Nord à la fin de la dernière glaciation grâce aux provisions de glands, la farine de gland étant à l'époque une des bases de l'alimentation. Mais pour adapter la forêt à la vitesse du réchauffement climatique actuel, l'homme va devoir intervenir massivement. Il faudra transplanter des espèces plus adaptées dans les massifs forestiers actuels et replanter les espèces en danger du sud vers le nord ou en altitude. Peut-être verrons-nous dans quelques années le Val d'Azun accueillir des hêtres de la forêt d'Iraty ?

Enfin, Sylvie VAUCLAIR, astrophysicienne de l'observatoire Midi-Pyrénées de Toulouse et membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace a brossé un panorama des connaissances en astronomie dans sa conférence "Au-delà des étoiles". Elle a évoqué le foisonnement actuel des idées sur la création de l'univers, sa forme (plate ou sphérique ?), son évolution. Elle a insisté sur le besoin de valider ces idées par l'observation et la détection grâce au développement de techniques toujours plus précises. En ce 22 août, 3658 exo-planètes ont été identifiées et on estime qu'il y a très probablement autant de planètes que d'étoiles, soit environ dix mille milliards de milliards. Pour illustrer les découvertes les plus récentes, elle a enchanté et ébloui le public par des images de la terre, d'étoiles, de galaxies et de nuages interstellaires de gaz prises à l'observatoire du Pic toujours en service, au Chili, à Hawaï ou depuis l'espace avec le satellite Hubble. Les questions du public ont montré que l'astronomie passionne toujours autant, d'autant plus beaucoup de questions n'ont encore aucune réponse : que sont la matière et l'énergie noire ? Qu'y a-t-il  au-delà des étoiles, … ?

Les deux soirées se sont terminées par des observations des étoiles, grâce au GERMEA de Pau et au ciel magnifique du Val d’Azun. Le premier soir, observation des étoiles à l'œil nu en lien avec quelques épisodes de la mythologie grecque qui ont donné leur nom aux constellations visibles dans l'hémisphère Nord. Le deuxième soir, observation avec un télescope installé à côté de la salle des fêtes. Cette qualité de ciel retrouvée doit beaucoup au formidable travail des communes de la vallée pour lutter contre la pollution lumineuse et créer la Réserve de Ciel Etoilé du Pays de la Vallée des Gaves. Les résultats sont tels que d'autres endroits en France envisagent de réaliser les mêmes aménagements pour restaurer la qualité de leur ciel.

 

 

 Conférence H. Le Treut

 Conférence H. Le Treut

 Conférence J.M. Carnus

 Chorale Ets d'Azu

 Le marché

 Le marché

 Conférence O. Donard

 

 Conférence O. Donard

 Conférence S. Vauclair